Index © Laurent Lafolie
Index © Laurent Lafolie
Index © Laurent Lafolie
Index © Laurent Lafolie
Index © Laurent Lafolie

Index

2003

Durée : 1h00

Michel Kelemenis

Kelemenis & cie

"La quête d’Index a été portée par la conviction que de l’intime surgit l’universel. C’est ainsi, je crois, que différents accès à ce programme solo sont offerts au regard des spectateurs, suivant que nos routes se sont déjà croisées ou pas. J’ai recherché un ton de citations qui convoque, en particulier, l’émotion de ceux qui ne me connaissent pas."
Michel Kelemenis

Créé en 1988 pour la Biennale de la Danse de Lyon, un solo fonde le regard porté sur le chorégraphe-danseur Michel Kelemenis et devient le point d’origine à partir duquel son parcours artistique est lu comme une oscillation entre abstraction et sensualité. Faune Fomitch est repris par Michel Kelemenis dans le cadre plus vaste d’une nouvelle création soliste intitulée Index, qui met en interrogation l’irréversibilité de l’écoulement du temps, et son influence sur le rapport qu’entretient un homme à la danse, à travers la perception des plus fines transformations.

Index est aussi le développement du dialogue-en-un-seul-être du chorégraphe avec le danseur, esquissé dans Faune Fomitch, autour de l’instant de rupture où Nijinski, entrant en chorégraphie, détruit sa propre image de danseur.

Distribution

Conception générale - Michel Kelemenis André Serré
Chorégraphie, danse, textes - Michel Kelemenis
Scénographie, sons - André Serré
Lumière - Manuel Bernard & Evelyne Rubert*
Costumes - Christian Burle & Dominique Fabrègue*
Musiques - Aphex Twin, Jean-Sébastien Bach, Ryoji Ikeda, Japan Touch, Heitor Villa-LobosGilles Grand*
Images - Catherine Lecoq 
Chef-opérateur - Philippe Élusse
Assistant danse - Christian Ubl
Régie générale, plateau - Jean-Bastien Nehr
Régie son, vidéo - Frédéric Viricel
Régie lumière - Manuel Bernard 

* pour Faune Fomitch

Production

Kelemenis & cie 
Théâtre de Grasse, scène conventionnée pour la danse et le nouveau cirque 
Rendez-vous chorégraphiques de Sceaux, Les Gémeaux, scène nationale 
Centre national de la danse, Paris.

Kelemenis & cie remercie chaleureusement le Festival d’Aix-en-Provence, M. De Chateauvieux directeur général de la Srpam (Société de remorquage portuaire et d’assistance en Méditerranée), le commandant Viola et l’équipage du Marseillais 17, 
le commandant Dague, responsable du bassin Est du Port autonome de Marseille, 
et le commandant Jean Kelemenis 
Les enfants Vittorio, Clarisse, Julie, Daphnée, Timo, Youri, Adrian et leurs parents 
Maryvette et Véronique, Lucien Zayan

Les échos

La Marseillaise Denis Bonneville

avr.2004

L’Index au diapason
Parfois déstabilisant, souvent troublant, finalement émouvant : le solo de Michel Kelemenis, exercice introspectif sur "le danseur que j’étais" est un témoignage précieux d’humanité.
Appareillage en échauffement et streching ludique, atterrissage avec un Super-8 venu de l’enfance projeté sur un fond blanc : entre les 2, 1 heure de vol en terre intime, comme un rembobinage ni autobiographique, ni nostalgique, et pourtant ponctué de confidences.
Kelemenis interroge donc le danseur qu’il était, et dont il choisit de s’écarter. Le spectateur tente d’imaginer quand il ne l’a pas vu le danseur qu’était Kele : il y arrive ou pas, peu importe. Qu’on le saisisse ou qu’il nous échappe, Kele nous rattrape toujours et on cherche avec lui à s’inscrire dans sa démarche. Et mettre nos pas dans les pas de cet homme qui se situe à présent "entre 2 âges : celui où le corps peut et celui où l’homme sait". Et l’on constate que le corps peut et l’on devine que l’homme sait. À chaque tableau, on vogue, on dérive, on souffre avec lui.
L’introspection devient identification. Un diapason rare.

 

Marseille L’Hebdo Rémy Leroux

fév.2003

Tant qu’il danse, le temps passe
En 1988, lorsqu’il crée Faune Fomitch, Kelemenis est loin de se douter de l’importance que la pièce va jouer dans l’affirmation de son identité à la fois de danseur et de chorégraphe. 15 ans après, il a pris pleinement conscience d’un travail, qui a , dit-il "véritablement fondé le regard que l’on me porte encore aujourd’hui". Il a alors ressenti le besoin "d’’interroger, à travers le temps qui passe, cette question de l’identité". Que s’est-il passé avec Faune Fomitch ? Qu’est-il advenu entre ces 2 temps de vie ?
Index tend à y répondre. "Le cœur de cette création est Faune Fomitch. La pièce est intégrée dans un programme plus vaste dans lequel je convoque plein d’éléments qui sont des souvenirs, des images que je promène avec moi". Pourtant Index n’est pas autobiographique, mais pose des jalons d’une réflexion sur "la curieuse intimité entre les notions de renoncement et de sagesse". Ou comment le danseur, identifié très jeune dans son métier, doit souvent et assez rapidement, renoncer à certaines choses. "Mon travail sur Nijinski était assez physique. Mais c’est une pièce que je peux encore défendre aujourd’hui, à l’identique."
Mais jusqu’à quand ? Sans doute lui faudra-t-il un jour y renoncer, sans pour autant l’effacer de son bagage identitaire. La maturité, la sagesse, le temps qui passe, et puis les fenêtres qui s’entrouvrent, pour apercevoir le travail de demain. Celui du chorégraphe. Seul.

 

Textes complémentaires

Désigner une origine pour dessiner une perspective, tel est l’enjeu. Lexique...

(Se) repérer
Une épaisseur supplémentaire et nouvelle s’inscrit lorsque les regards fondateurs portés, par le passé, sur l’icône Nijinski (l’idéal, le merveilleux) ou le maître Bagouet (la révélation, la perte) deviennent un regard unique porté sur la construction de soi, plus tard, dans ces années médianes situées entre deux âges : celui où le corps peut et celui où l’homme sait. Rêver d’être, de façon éphémère, de l’un comme de l’autre.

(Se) désigner
Après quelques années consacrées aux pièces de groupe, Index veut répondre en premier lieu au désir du chorégraphe-danseur de retrouver l’engagement et l’implication uniques d’une recherche soliste/solitaire introspective.
Par la reprise du solo Faune Fomitch, fortement identifiant, qu’il restitue à l’identique, il rappelle au présent, celui de la danse et de son échange avec le spectateur, un point d’origine par lequel tout acte est donné à lire dans une perspective singulière.

(Se) formuler
Le solo Index prend substrat dans les quinze années précédentes, sans nostalgie ni démarche biographique. Aux côtés du danseur, textes et images se jouent du temps et de la mémoire, interrogeant ce qui d’hier fonde encore les actes d’aujourd’hui. Le passé est ici instrumentalisé pour créer des écarts, des échos, des dérives et des brèches ; il est l’appui essentiel de nouvelles tentatives.
Pour, entre puissance et vulnérabilité, entre magnétisme et fragilité, retrouver la complète et incroyable conscience d’un présent qui s’accomplit.

Se détourner
La danse dévoile l’humain et l’homme, dansant, n’énonce pas, il démontre. Rapidement confronté à la donnée universelle irréversible du temps, parce qu’il en ressent plus tôt les effets, parce qu’il en fait matière de travail, l’homme-danseur appréhende en conscience la réalité de la transformation physique et apprivoise le renoncement progressif nécessaire pour en faire acte de sagesse.
Il en parle, il le danse.

Éclairer derrière pour regarder devant… il y a cette ampleur dans l’image d’un visage détourné, peu après un clignement d’yeux.

Michel Kelemenis, octobre 2001

André Serré

"Il se qualifie de metteur en son. Il est par ailleurs metteur en scène. Depuis Cités citées en 1992, il collabore à plusieurs reprises aux créations de la compagnie, se déployant dans l’abstraction, sous forme de tension, comme dans la narration, qu’il situe ou enrichit de paraboles. Sous apparence d’intuition, il procède par approches successives en appui sur deux instruments : le premier est sa grande mémoire auditive, et le second, un impressionnant catalogue de musiques, ambiances et sons qu’il augmente chaque jour de nouvelles curiosités."
Michel Kelemenis


André Serré, concepteur de la scénographie de Index

Le point de départ du système chorégraphique est de pouvoir retrouver à un moment du spectacle le cadre exact de Faune Fomitch, c’est-à-dire la boîte noire constituée de frise et de pendrillons de velours noir du théâtre traditionnel à l’italienne.

Ensuite est apparue la nécessité de faire appel à des images d’archives qui arriveraient dans le spectacle comme des "références", des images souvenir.

Le croisement de ces "obligations" a donné naissance au dispositif qui sera utilisé pour le spectacle, à savoir :

Une boîte noire "à l’italienne" constituée d’une succession de frises et de pendrillons noirs les mieux tendus possibles et constituant un espace pour la danse d’au-mois 10 mètres sur 10, et d’un fond du même noir.

Dans ce fond noir et exactement en son milieu est pratiquée une ouverture laissant seulement passer l’objectif d’un vidéo-projecteur de forte puissance, dirigé vers le public.

Derrière le premier plan de pendrillon est placé un pendrillon de même hauteur d’une largeur de 2 mètres. Ce pendrillon peut se déplacer latéralement pour traverser le plateau et disparaître de chaque côté de la scène.

De la même manière, une frise du même type est placée derrière la première frise de la largeur du plateau soit de 10 à 12 mètres et de 1,50 de hauteur. Cette frise reprise par des fils peut manœuvrer de haut en bas.

Ces deux éléments (pendrillons et frise) sont de nature légère et assez translucide de couleur claire et montés sur des cadres rigides qui leur permettent de se tenir et de ne pas avoir d’apparence molle.

Par le jeu de déplacement, ces deux bandes blanches se découpent dans une boîte noire et permettent aussi et surtout de servir d’écrans aux images qui seront de deux sortes :

  • Les images "paysages" qui seront projetées en rétroprojection et dont chacune des bandes blanches qu’elle soit verticale ou horizontale attrapera des fragments d’images, avec beaucoup de grain, et dont la qualité et la puissance seront gérées de manière à donner une image diffuse et plus du domaine du souvenir, avec peu de coloration.
  • Les images "mini-clips" seront projetées depuis la face avec un vidéo-projecteur placé dans la salle et diffusant une image de 2,00 mètres sur 1,50 au format 4/3 sur un écran formé par le croisement des deux bandes blanches. Ces images à la qualité parfaite seront des mini-clips tournés au préalable et évoquant soit des documents de souvenirs ou des clips tournés spécialement pour l’occasion. L’image sera nette, parfaite et assez colorée.

Le spectacle se déroulera donc dans la boîte noire ou dans des espaces découpés dans une alternance "d’images paysages" et "d’images clips" qui viendront appuyer une évocation ou surligner un moment de danse sans jamais toutefois troubler ou détourner de l’objet principal qui reste le solo.