Ce que je danse… © Laurent Lafolie
Ce que je danse… © Laurent Lafolie

Ce que je danse…

1996

Durée : 45min

Michel Kelemenis

Kelemenis & cie

Une forme spécifique de “conversation dansée” imaginée comme un outil de sensibilisation qui vise à accompagner le public dans sa découverte de la danse contemporaine

"Proposées régulièrement dans les théâtres où la compagnie est accueillie, les répétitions commentées tentent de repousser cette crainte souvent manifestée par le public, de l’incompréhension à l’égard de la chorégraphie, mais qui s’efface si rapidement lorsqu’une clef est révélée.
L’inspiration du chorégraphe et ses sources, la mémoire du danseur, ses pensées lorsqu’il danse, le choix d’une musique... les interrogations les plus fréquemment exprimées par les spectateurs de ces moments particuliers nous portent à produire une forme hybride, à mi-chemin entre la répétition commentée et le spectacle abouti : en fait, le passage de la première au second."

Michel Kelemenis 

Distribution

Chorégraphie - Michel Kelemenis
Danseurs - Severine Bauvais, Arnaud Cabias, Frédéric Leprévost, Bertrand Lombard, et Michel Kelemenis
Musique - Henri Dutilleux Le mystère de l’instant / Wojciech Kilar Orawa 
Costumes - Philippe Combeau
Lumières - Philippe Grosperrin

Production

Kelemenis & cie 
Théâtre du Merlan - scène nationale de Marseille

Les échos

Le Dauphiné

nov.1997

Une expérience originale
C’est en fait la mise en scène d’une répétition de danse. Le public assiste à la naissance d’une chorégraphie, avec des répétitions accompagnées ou non de musique, avec les commentaires du chorégraphe qui corrige, rectifie, donne son sentiment. On donne au spectateur une place privilégiée, celle du voyeur, convié derrière le décor. La lumière est tamisée, les rideaux des coulisses sont relevés, les danseurs en tenue de répétition. Le public n’est pas mis en situation de spectacle.
Proposer une expérience aussi originale, c’est un pari. Gagné.

Var matin

avr.1998

Kelemenis entre dans la danse
Un spectacle bâti sur une idée simple, puisqu’il permet de suivre l’itinéraire des danseurs, du studio à la scène. Le public peut ainsi appréhender l’évolution du travail chorégraphique. Un travail qui exige beaucoup de rigueur, et dont l’approche permet ainsi au spectateur de mesurer chaque geste à sa juste valeur.