Réversibilité © Icare
Réversibilité © DR
Réversibilité © DR

Réversibilité

1999

Michel Kelemenis

Ballet de l’Opéra National de Paris

Le ballet 

Réversibilité ... ce titre emprunté à un poème de Baudelaire fait allusion aux temps de répétitions passés avec les artistes du Ballet de l’Opéra, à la recherche d’un point de frottement entre deux univers de danse bien différents. 
Autour de ce point, qui peut tenir le rôle de frontière, de déchirement et, par ailleurs, de lieu de rencontre et de concordance, j’ai essayé de faire converger toutes les questions que soulève la création d’une pièce nouvelle, qu’il s’agisse d’une scénographie et de lumières divisant l’espace, de costumes aux couleurs alternées, d’un programme musical rassemblant deux oeuvres de Maurice Ravel violemment différentes, ou encore de la composition chorégraphique en balancement incessant. 
Tenir compte de l’immensité de ce théâtre, écrire pour que chacun - en dépit du nombre de danseurs - ait à défendre une partition qui l’engage, et traquer chez eux l’élan somptueux de leur virtuosité, sont autant de moyens d’atteindre, privilège de la danse, un état d’équilibre en mouvement permanent, qui sera notre parole commune. 

Deux oeuvres musicales, le Concerto pour la main gauche et la Pavane pour une infante défunte, se succèdent. 
La puissance animée en même temps que grave de la première semble nous énoncer un drame. Dans l’alternance du piano et de l’orchestre se met en scène un tourment interne plus qu’une rivalité, apaisé vers la fin, ou peut-être épuisé. Après l’énormité du Concerto, et prolongeant le calme, la Pavane - pour l’occasion interprétée au piano - agit en contraste "suivant un rythme doux, et paresseux, et lent" (Baudelaire).
Les deux musiques proposent, dans leur titre respectif, le fait d’une séparation, physique pour la première, affective pour la seconde. Je souhaite partir de cette idée, pour évoquer le sentiment conflictuel de balancement entre refus et résignation, le désir de réversibilité face à l’irréversible. 
Le Concerto fera l’objet de ce que j’appelle - dans l’abstraction - "l’invention des personnages" : une femme et deux hommes qui se dégagent dans la danse très animée d’un ensemble de dix-neuf danseurs. Puis, le trio s’inscrira dans un crescendo s’écartant progressivement de la contenance supposée par le titre de Pavane, vers l’expression agitée d’un état de refus. 

Michel Kelemenisnovembre 1999

Le trio final de Réversibilité est transmis à plusieurs reprises pour être présenté dans le cadre de soirées Jeunes danseurs du Ballet, au Palais Garnier.

Distribution

Chorégraphie - Michel Kelemenis 
Musique - Maurice Ravel Concerto pour la main gauchePavane pour une infante défunte 
Orchestre de l’Opéra National de Paris concertiste Didier Puntos 
Intervalle sonore - André Serré 
Scénographie et costumes - Yves Cassagne réalisés par les ateliers de l’Opéra National de Paris 
Lumière - Manuel Bernard

En tournée

Les échos

Le Figaro René Sirvin

21 Déc.1999

Les surprises d’une première

Sur le Concerto pour la main gauche de Ravel, Michel Kelemenis a réglé un ballet dont on admire la maîtrise dans la construction des groupes, les 8 couples alternant ou se complétant fort ingénieusement, tandis que les solistes se fondent dans l’ensemble. La pièce bénéficie de costumes aux couleurs ravissantes et toujours renouvelées d’Yves Cassagne qui a l’idée d’imaginer un double décor dans le prolongement de celui de la première partie. La seconde partie de Réversibilité un trio sur la Pavane pour une infante défunte, témoigne d’un beau travail chorégraphique mais d’un caractère intimiste qui perd de son impact sur l’immense plateau de l’Opéra malgré tout le talent des créateurs Elisabeth Maurin, Kader Bélarbi, et Wilfried Romoli.

Le Monde Rosita Boisseau

20 déc. 1999

Montalvo et Kelemenis pour la 1e fois à l’Opéra de Paris

(…) Michel Kelemenis a choisi de mettre son talent à l’épreuve de cette formidable machine à danser qu’est le Ballet de l’Opéra. Un challenge écrasant dont Réversibilité émerge , triomphante énigme, qui possède l’impact visuel d’un ballet classique sans pour autant en être un. Autour du trio composé par Elisabeth Maurin, Kader Bélarbi, et Wilfried Romoli, plus qu’impeccables, le chorégraphe a construit pour un groupe de 16 interprètes un système savant de circulations amples qui balaient le plateau par vagues, enveloppant les interprètes dans un flux énigmatique. Sur 2 compositions de Ravel, Réversibilité fait chatoyer une danse frémissante. Corps souples, bras volatiles, âme inquiète, elle installe un climat délicatement dramatique que le dernier trio porte à un sommet. Entre Kader Bélarbi et Wilfried Romoli, tous deux habillés de noir, Elisabeth Maurin, en robe vert sombre, tisse de l’un à l’autre un piège de douceur dont aucun ne songe à s’échapper. Sans pathos ni sentimentalisme, la fatalité amoureuse dans toute sa volupté.

Libération Marie-Christine Vernay

20 déc. 1999

Souffle contemporain à Garnier
Soirée sans déception non plus au Palais Garnier pour un programme contemporain. Les commandes passées à 2 chorégraphes hors ballet, José Montalvo et Michel Kelemenis, se sont révélées pertinentes puisque tous 2, à leur manière, consomment la rencontre avec le monde classique sans dénaturer leur propre langage. On ne peut qu’apprécier la politique de chorégraphes invités de la grande maison vieille de 338 ans, car elle s’en nourrit sans perdre elle non plus son identité.

Textes complémentaires

Le trio de la "Pavane"

Avec plein de gaieté, connaissez-vous l’angoisse, 
La honte, les remords, les sanglots, les ennuis, 
Et les vagues terreurs de ces affreuses nuits 
Qui compriment le coeur comme un papier qu’on froisse ? 
Ange plein de gaieté, connaissez-vous l’angoisse ?

Charles Baudelaire, extrait de Réversibilité 
(Spleen et Idéal, XLIV), Les Fleurs du Mal, 1861 

Tout chorégraphe appelé à enrichir le répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris ne peut esquiver l’énormité symbolique de l’enjeu. Issu du monde contemporain, j’entre donc dans le temple - et simultanément dans une sorte d’analyse - en créant pour dix-neufs danseurs et étoiles Réversibilité, juxtaposant deux oeuvres de Maurice Ravel, sobrement séparées par 7 notes pour piano d’André Serré. Cette pointe d’inquiétude dans l’équilibre qu’évoque le titre, emprunté au poème de Charles Baudelaire, trouve ensuite son expression la plus effective dans le déchirant dilemme d’une femme qui, entre deux hommes, ne sait lequel préférer. De façon définitive, effectuer un choix comporte sa part de mort et cultive un cruel désir de réversibilité face à l’irréversible. 

Le drame pourrait se dérouler dans le jardin d’une demeure majestueuse à laquelle le Foyer de la danse prête son image peinte. On n’entre pas ici sans rendre hommage, spontanément. Fou du mouvement, fasciné par le caractère artisan de ses interprètes, captivé par la porosité si singulière des danseurs de tous bords, amoureux de ces instants exceptionnels où le geste bascule dans le rôle, gourmand et inquiet, je prends le temps du détail avec Elisabeth Maurin, Kader Belarbi et Wilfried Romoli. 
La reprise du trio de la Pavane pour une infante défunte, deux ans plus tard, est l’occasion de raviver ce flirt entre ascendance classique et filiation contemporaine, en transposant sur pointes, suivant une audacieuse idée de Brigitte Lefèvre, la variation de la femme (initialement dansée sur demi-pointes).  
Du ballet Réversibilité renaissent aujourd’hui les quelques minutes du trio, une des figures les plus fascinantes à explorer avec la danse, à la recherche perpétuelle - et très personnelle - de l’équilibre improbable entre abstraction et figuration. 

Michel Kelemenis, octobre 2003